Comment devenir développeur web en 2020 ?

Posté le mercredi 12 août 2020 par Lucas

Auparavant perçu comme étant réservé à une élite particulièrement passionnée par l’informatique et les mathématiques, le métier de programmeur a très fortement évolué ces dernières décennies. Avec l'avènement d’internet et la multiplication des sites et applications web, la profession de développeur web s’est totalement démocratisée et est aujourd’hui ouverte à tous. Ce métier qui fait appel à la logique et stimule la créativité séduit de plus en plus de jeunes mais est également l’une des reconversions professionnelles les plus populaires ces dernières années. Ce nouvel eldorado du code a poussé les écoles à créer de nouveaux programmes pour devenir développeur web, mais a également vu naître de nombreux bootcamps et formations en ligne particulièrement appréciés des recruteurs.

Le métier de développeur web est aujourd’hui l’un des plus demandés sur le marché du travail dans le monde. Il est en tout cas le poste le plus recherché par les recruteurs de la tech selon une étude réalisée en 2020 par CodinGame sur 20,000 acteurs du secteur. En France, les spécialistes du recrutement parlent même de pénurie ! Avec près de 3200€ de salaire mensuel en moyenne selon Indeed et de très nombreuses offres d’emploi, le métier de développeur web n’a jamais été aussi attractif qu’en 2020.

Si les entreprises sont en forte demande, le marché du travail des développeurs n’en est pas moins très concurrentiel et tous les profils ne se valent pas aux yeux des recruteurs. Plus que le diplôme obtenu, ce sont surtout les compétences et l’expérience qui ouvrent la porte aux meilleurs postes. Si l’on souhaite devenir développeur web en 2020, il est important de comprendre les avantages et inconvénients de chaque voie possible.

Les formations traditionnelles de développeur web

En France, le choix le plus évident pour se former est sans doute le diplôme post-bac au sein d’une école d’informatique, d’ingénieur ou d’une université. Il est possible d’intégrer une formation de développeur web à chaque niveau post-bac, chacun donnant accès à des responsabilités et des niveaux de rémunération plus importants :

  • BAC+2 : BTS Informatique, BTS Services informatiques aux organisations (SIO), DUT Informatique…
  • BAC+3 : Licence Générale d’Informatique, Licence Pro Métiers de l’Internet, Bachelor développeur web…
  • BAC+5 : Master Chef de projet web, Master Informatique, Master développeur web.

Pour devenir développeur web en 2020 via une formation traditionnelle, il faut s’assurer de la bonne qualité de la formation que l’on choisit : réputation de l’école, pertinence du programme, qualité des intervenants… Ces formations sont plus longues que les autres et permettent en général d’aborder de nombreux sujets annexes au développement web, ce qui renforce la polyvalence et la compréhension globale des enjeux des projets web. En dehors des formations en alternance ou avec de longs stages, elles ne sont peut être pas celles qui préparent le mieux au monde de l’entreprise compte tenu de leur contexte académique.

Les bootcamps développeur web

Les bootcamps de développement sont des formations courtes, spécialisées et souvent intensives qui permettent de devenir un développeur web prêt pour l’emploi en quelques semaines. Le concept de bootcamp n’est pas nouveau mais il connaît un regain d’intérêt ces dernières années car il est particulièrement adapté aux conditions du marché du travail actuel. Il est apprécié des personnes souhaitant se former rapidement, par exemple pour se reconvertir ou pour monter en compétences sur des sujets techniques. Il existe des bootcamps en présentiel et à distance ainsi qu’à temps plein et à temps partiel.

Si les bootcamps sont moins contraignants et longs que les formations traditionnelles, ils sont aussi moins complets et moins reconnus par le monde de l’entreprise. La courte durée des bootcamps ne permet évidemment pas d’aborder autant de concepts que les formations post-bac. Cela force l’apprentissage à aller à l’essentiel, parfois en passant outre certaines notions importantes.

Certains bootcamps se sont cependant forgés de très respectables réputations auprès des entreprises en raison de la grande qualité de leurs enseignements. Ce critère de réputation doit être déterminant dans le choix de votre bootcamp si vous souhaitez choisir cette voie pour devenir développeur web en 2020.

Développeur web autodidacte sur internet

L’autoformation serait-elle finalement la voie royale pour devenir développeur web en 2020 ? Bill Gates (co-fondateur de Microsoft), Steve Wozniak (co-fondateur d’Apple), Margaret Hamilton (NASA), Elon Musk (Tesla, PayPal, SpaceX…), Mark Zuckerberg (co-fondateur de Facebook) etc. : les exemples de développeurs autodidactes géniaux ne manquent pas pour appuyer cette thèse. De plus, les ressources d’apprentissage n’ont jamais été aussi qualitatives, nombreuses et accessibles qu’aujourd’hui !

De nombreux sites gratuits existent pour devenir développeur web en suivant à son rythme les tutoriels et les cours disponibles. L’avantage de cette voie est la liberté totale de l’apprenant, pouvant explorer les langages, les concepts et les technologies qu’il souhaite en fonction de ses envies et objectifs. Ce manque total de cadre et de contrainte constitue également un risque d’une progression lente et hasardeuse, dictée seulement par la volonté et la motivation de l’apprenant.

L’autoformation n’est pas reconnue par le monde de l’entreprise mais n’en est pas rejetée. Comme précisé plus tôt, l’expérience et les compétences priment avant le diplôme en matière de recrutement de développeurs web. Un développeur autodidacte passionné, maitrisant son sujet et pouvant justifier de l’expérience nécessaire pourra avoir autant de portes ouvertes qu’un développeur issu d’un bootcamp ou d’une école d’informatique. Il aura peut-être cependant à se montrer plus convaincant que la moyenne, par exemple en faisant démonstration de projets personnels.

Le web est également riche en cours et formations payantes entièrement à distance, certaines étant diplômantes. Elles peuvent être vues comme une sorte de compromis et de condensé entre l’autoformation, le bootcamp et l’école d’informatique. Un autodidacte peut ainsi apprendre les bases et plus par soi-même et s’inscrire ponctuellement à des formations payantes spécialisées pour se créer un bagage entièrement personnalisé, adapté à ses objectifs professionnels. La plupart de ces formations ne sont pas reconnues par le monde de l’entreprise et certaines sont très chères, mais elles peuvent être une bonne idée pour se forger une spécialisation solide : développeur de jeux vidéo, en intelligence artificielle, en réalité augmentée, en e-commerce etc.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas affiché sur le site, mais nous pourrons vous répondre si nécessaire.
Inutile de perdre votre temps à poster un commentaire dans le seul but de mettre un lien vers votre site. Les liens ne sont pas clickables, ne sont pas suivis par les moteurs de recherche et seront supprimés en un temps record.

Déclaration Cnil : 1086105
©1two, tous droits réservés 2020. Screenshots par Robothumb.